Actualités

Meilleurs voeux

Calendrier

Février 2020…petite géométrie.

J’aimerais parfois penser à quatre pattes, ressentir l’instant …each and every moment…comme un sourd muet entend la musique, à travers le filtre total de son corps…me défaire du langage comme on se met nu pour entrer dans une eau pure…pour autant qu’ils fassent surface, mes mots, mes images, mes rêves, mes pensées, sont la sève sous l’écorce. J’aimerais pouvoir rire, comme nos compagnons déchirent l’espace de leurs si soudain galops…êtres si poilus et si nus de spontanéité !

J’aimerais pouvoir sentir le parfum des émotions comme eux savent le capter. J’aimerais qu’une vue, un bruit, un souffle, la moindre expérience tactile, puissent interrompre le cours linéaire de mes pensées…not enought wild.

Mais je souffle sur vous le vent de mes pensées, car si l’on veut écrire, il faut bien penser. Et si je veux partager avec vous la vie de nos compagnons léos, il faut bien écrire…et si l’on veut vous écrire, il faut bien le faire aussi avec ces photos, gravures d’instants magiques qui forgent nos jours. Au fil des années, des dizaines, des centaines de photos et témoignages vous parlent d’eux, au creux de nos existences.

Des photos qui suivent l’évolution de ces chers compagnons, que vous pouvez observer à tous ages, dans toutes situations, dans toutes attitudes.

Alors pour ce Fevrier 2020, on a mis sur « pose » ces trois compagnons léos.

Sur ces photos de Février,  ils ne nagent pas, ils ne font pas d’acrobaties, ils ne galopent pas, ne font pas de sex-combats, pas de roulades dans l’herbe…

Février comme une petite géométrie du léonberg.

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

  

 

 

Vous les avez reconnus avec leurs imperfections, et leurs qualités. Les moments de shooting photo sont un jeu pour eux. Dès que je me saisis de mon Canon, ils sont a fond, sachant que balade suivra. Et avec douceur et humour acceptent de se prêter, quelques petites minutes,  au posing… pour ensuite se livrer à votre regard :

Pitchoun…toujours en veille et attentive à ce qui se passe autour d’elle.

Karma…vous la voulez debout ? Assise ? Ou couchée ?

Et Léon, sans qui la vie serait fade et moins drôle.

  

 

 

******************************************************************** 

 

Retour dans l’herbe.

 

En Mongolie,  avant de pénétrer dans la yourte d’amis nomades,

et cela du pied droit pour honorer les esprits, on doit dire :

 «  Retiens tes chiens ! »

Mais nous ne sommes pas en Mongolie, et je ne suis pas sage…

alors je vais lâcher mes chiens !

  

 

Ces feu follets de passage devant le capteur du Canon…j’aime !

Pitchoun qui glisse son corps de sauvageonne dans le petit matin bleu, et se laisse deviner derrière les buissons…j’aime !

 

 

Karma qui cloue son regard dans notre âme…j’aime !

 

 

Léon qui prend le vent, comme un marin à la proue d’un bateau…j’aime !

Dans F-E-V-R-I-E-R, il y a rire, il y a vie, il y a rive, il y a rêve…