Actualités

Meilleurs voeux

Calendrier

Novembre 2016 : Faire le silence…

Ecrit le 02 novembre :

Dalaï. Péma en 2012.

« As-tu déjà éprouvé une perte qui jette le deuil en ton cœur ? Alors fais le silence avec moi pendant quelques instants…tu deviendras conscient qu’aucune substance réelle ne peut être détruite ou se perdre et qu’aucune forme extérieure n’a d’importance. Rien ne se perd dans le Tout de la vie, simplement tout change de forme. »

Je lis, je relis, mes yeux captent les mots, mais mon cœur n’entend pas !

On vous raconte notre histoire, et notre histoire vous parle le plus sincèrement de nous.

A vous les grandes joies, les galopades de bonheur, les rencontres amicales…

Et bien à vous aussi les chagrins, comme de cruelles morsures dans la chair, les larmes, le vide qui broie du noir. On a mal à notre Péma partie trop tot ! On a mal à la vie !

Alors on lit des choses auxquelles on voudrait croire.

Sachant que notre Péma nous a quittés alors que tout la prédisposait à vivre longtemps, et que Dalaï luttant déjà dans son corps de 8 ans, polyarthrite, sarcome…est comme abandonnée de force, elle ne se remet pas du décès de Péma…

Malgré les bons soins, l’amour, et la douce présence des autres de la troupe….Dalaï se dilue dans ce froid de Novembre…

                                                   

Dalaï avec Ambre, dans le jardin, ce 04 novembre :

…à murmurer à l’oreille de nos léos, à écouter leur souffle,

à fondre dans leur densité, à partager leur confiance…

un espace sans mensonges, sans vanité.

Que ce dernier moment de communion entre Dalaï et Ambre

soit le messager du décès ce 09.11.2016 de cette unique Dalaï.

Unique car plus que toute autre, elle rassemblait toutes les vertus

qu’un être puisse dispenser avec générosité autour de lui.

Dalaï a eu le courage de nous aimer plus qu’elle ne s’aimait.

La panique, la douleur, incapable d’accueillir la solitude

du départ de Péma…je te demande pardon Dalaï…

et le silence que tu m’as confié en lâchant la vie ce 9 novembre

m’oblige à écouter la voix intérieure que j’avais oubliée :

Hier est révolu, Demain nous échappe, Aujourd’hui est tout ce qui nous reste !

Ecrit le 12 novembre.

Dalaï, ton dernier regard sur la vie.

Dalaï, ton dernier regard sur les galops de ta troupe.

Dalaï, ton dernier regard sur la lumière,

 la pomme rouge de la gourmande Pitchoun.

Dalaï, ton regard tolérant sur les élans fougueux de Léon.

Dalaï, ton regard prévenant sur nos bébés bienvenus et nos mamans sans fourrure.

Dalaï, même à l’arrière plan, ton regard de compassion nous devance pour toujours.

L’arbre mort a été coupé, Péma tu t’en es allée, Dalaï tu nous a quittés.

Que cet automne vous soit dédié à toutes les deux, nos dames d’amour.

Et le jardin restera fidèle à votre souvenir,

accueillant à nouveau l’or de la lumière sur nos vies.

 

 

 

Ecrit le 20 Novembre :

« Celui qui affirme  la vie, se sait uni à ce qui est éternel et reconnaît en ce dernier ce qui brille, impérissable, à travers toute forme éphémère. C’est pourquoi ni la mort ni aucune perte ne l’effraie, car il a reconnu que ce qui disparaît ne fait que céder la place à quelque chose de plus grand et de meilleur »

 

Je lis et je relis, mon cœur tente, enfin, de capter le sens des mots…….

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact: Anne BREMOND, email: Anne@leonberg-legende.fr